expedition

MOSAiC Expedition : la plus grande expédition polaire jamais réalisée !

Emprisonné dans une épaisse couche de glace, le brise-glace de recherches « Polarstern » va dériver pendant presque une année sur plusieurs centaines de kilomètres loin à travers l’océan arctique. La Suisse participe à cette expédition unique, avec des chercheurs de deux instituts suisses !

Le 20 septembre 2019, le brise-glace de recherches allemand « Polarstern » a pris le large à Tromsø (N), pour une expédition scientifique marine unique. Il s’amarrera au nord de la Sibérie à une grosse plaque de glace, avant d’être pris définitivement dans les glaces, et dérivera alors pendant plusieurs mois sur des centaines de kilomètres, en compagnie de sa plaque, à travers l’océan arctique en passant non loin du pôle. Après la nuit polaire qui durera 150 jours, le soleil réapparaîtra, mais c’est plus tard pendant l’été 2020 que la glace libérera le navire, sans doute au nord-est du Groenland.

Au total, environ six-cents personnes d’une vingtaine de pays participent à cette expédition unique, organisée par l’Institut Alfred Wegener (AWI). L’objectif consiste à comprendre les interactions de l’atmosphère, de l’océan, de la banquise et des écosystèmes en Arctique, et justement aussi en hiver, car les données collectées sont rares jusqu’ici. Le système climatique arctique, qui est fortement touché par le changement climatique, est au centre de ces observations. Il joue en effet un rôle important pour le climat de tout l’hémisphère nord, mais il n’est jusqu’ici qu’insuffisamment compris. C’est pourquoi le titre de l’expédition est « Multidisciplinary drifting Observatory for the Study of Arctic Climate (MOSAiC) ».

La Suisse au pôle nord 

Deux projets scientifiques suisses participent à cette expédition. Julia Schmale et Martin Schneebeli sont à la tête des deux projets scientifiques suisses. 

Julia Schmale, spécialiste suisse de l’atmosphère au PSI, qui participe à l’expédition, explique : « L’émission mondiale de gaz à effet de serre, mais aussi de particules fines produites en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, ont un impact sur le changement climatique en Arctique. L’augmentation de température, et le retrait de la banquise ont à leur tour des conséquences sur les systèmes météorologiques, notamment en Europe. Il est donc important de comprendre comment nous influençons l’Arctique, et comment elle nous influence. »

Martin Schneebeli du WSL, qui dirige le deuxième projet suisse de l’expédition, complète : « L’échange énergétique entre l’atmosphère et l’océan est un facteur important du système climatique. La banquise et la neige sus-jacente le freinent, comme le font les nuages à l’étage supérieur. Notre projet étudie ces interactions. »

Swiss Polar Class dévoile les dessous de l’expédition MOSAiC

Sur cette page, vous trouverez le fonctionnement de l’expédition. En passant par la cuisine, la nuit polaire, les aventures ou les missions scientifiques, découvrez comment se déroule la plus grande expédition polaire jamais réalisée.